Pizza, amore mio!

Tout droit sortie du four, croustillante et bon enfant: la pizza fédère tout le monde! On en raffole partout, à la maison, dans une pizzeria conviviale ou simplement à emporter. Les anciens Romains étaient déjà friands de ce type de galette parsemée d'épices, mais il faudra attendre l'introduction de la tomate en Sicile pour que la mode de la pizza soit lancée. Aujourd'hui, tous les goûts sont permis pourvu que ça soit bon: buon appetito!

De la simple galette au succès planétaire

La simple galette de pain est devenue petit à petit une pizza délicieusement garnie.

De la simple galette au succès planétaire

L'ancêtre de la pizza n'est autre que la galette de pain répandue dans le monde entier. Cette forme était déjà connue des Etrusques, des Romains et des Grecs. Chaque civilisation a traité la galette à sa manière. Toutes ont en commun d'avoir, avec le temps, amélioré son goût, notamment avec des épices, de l'huile et du fromage. Mais la présence de tomates parmi les ingrédients va marquer un temps fort dans l'histoire de la pizza.

Les Espagnols ont rapporté en Europe cette plante des Amériques. C'est ainsi qu'elle arrive à Naples qui autrefois faisait partie de l'Empire espagnol. Au début, on apprécie uniquement ses jolies fleurs et maintes années passeront avant que le fruit soit considéré comme comestible. Les gens simples sont les premiers à oser le manger. Ils sont bientôt suivis par les familles de la haute société. Le grand cuisinier Vincenzo Corrado (1738-1836) décrit dans un livre les aliments qu'on avait l'habitude de consommer à l'époque à Naples. Des tomates seraient utilisées pour confectionner la pizza, note-t-il dans son ouvrage.

Comme aujourd'hui, la pizza exigeait jadis une température de cuisson élevée. Autrefois, les ménagères apportaient leur pizza garnie au boulanger qui la faisait cuire à 400°C dans son four à bois. D'où l'émergence d'un métier à part entière, le pizzaïolo, littéralement celui qui confectionne des pizzas. Pendant longtemps, la pizza est uniquement connue dans la région de Naples. Le reste du pays la découvre seulement après la Deuxième Guerre mondiale, par l'intermédiaire des soldats américains.

Italie - Amérique - Italie - Suisse

Aujourd'hui, la pizza alla casalinga de Betty Bossi s'appellerait sans doute plutôt pizza prosciutto.

Italie - Amérique - Italie - Suisse

Cela peut surprendre, mais c'est facile à expliquer. Dans la seconde moitié du 19e siècle, nombreux sont les Italiens qui quittent le Sud du pays, et donc aussi Naples, pour émigrer aux Etats-Unis. Rapidement se créent des lieux où l'on propose des pizzas (pluriel pizze en italien). A partir de quelques ingrédients, on pouvait désormais confectionner facilement un plat simple et délicieux, et le manger sans assiette ni couverts. Dans Little Italy, un quartier de New York habité principalement par des émigrés italiens, la population se fait vite à ce nouveau plat. Beaucoup de G. I's. stationnés en Europe, qui connaissaient cette galette italienne, furent très supris de ne pas la trouver partout en Italie.

Les choses changent au cours des années suivantes. La pizza se répand dans toute l'Europe sans exception et finit par traverser les Alpes dans les années cinquante. Elle est présentée au public suisse dans un journal Betty Bossi de 1961 sous le nom de «Pizza alla casalinga», c'est-à-dire «pizza bonne femme». Comme il s'agissait d'une recette inhabituelle et encore inconnue, elle est publiée sous la forme d'une «recette filmée»: la préparation est expliquée pas à pas en six photos. Les ingrédients sont adaptés aux habitudes du pays. Car une véritable Italienne n'aurait jamais l'idée d'incorporer dans sa pâte un autre corps gras que l'huile d'olive! Concernant le fromage, on est plus coulant. Plusieurs sont mentionnés: Roth Käse, Belle Suisse, Bel Paese, fontina, gruyère et fromage valaisan. A l'époque, il était sans doute difficile de se procurer de la mozzarella comme indiqué dans la recette. La pizza bonne femme était aussi garnie de jambon (prosciutto), tomates et marjolaine.

De la diversité, mais dans les règles!

La Pizza napoletana de Betty Bossi est garnie d'olives, ce qui ne correspond pas tout à fait aux sévères directives. Mais elle est terriblement bonne!

De la diversité, mais dans les règles!

Il existe aujourd'hui quantité de variantes. Mais à quoi ressemblait la toute première pizza? L'arrivée des pizzas surgelées a fait craindre le pire aux pizzaïoli de Naples. Les galettes fantaisie conconctées dans les fours industriels ressemblaient de moins en moins à leur Pizza napoletana. En 1984, ils décident d'agir et dressent une liste des conditions que doit remplir la véritable Pizza napoletana. Depuis quelques années, l'Union européenne a clairement défini ce qu'il faut entendre par là. Aspect, mode de cuisson et composition de la célèbre pizza sont consignés dans un document de plusieurs pages: pâte levée au sel marin, tomates, huile d'olive, origan, basilic, ail et mozzarella. C'est aussi simple et aussi bon que ça!

En plus des indications concernant le diamètre et l'épaisseur, on est frappé par un autre critère: la pizza terminée doit être souple et facile à plier, et même facile à couper! Si ce critère est essentiel, peu de pizzas chez nous peuvent revendiquer d'être «authentiques» car dans les restautants, on vous remet souvent un couteau extra tranchant ...

Recettes: Pizza napoletana, avec la Pâte à pizza faite à la main et la Salsa pizzaiola (sauce pizzaiola).

Pizzas classiques, calzone et foccacia

Surprise: le Calzone al tonno révèle son contenu au dernier moment.

Pizzas classiques, calzone et foccacia

Outre la pizza napoletana d'origine, il existe d'autres classiques également délicieux: d'après la légende, la pizza margherita (voir photo en titre) fut inventée à la fin du 19e siècle en hommage à la reine Marguerite, épouse du roi Umberto 1er. On y retrouve avec plaisir les trois couleurs du drapeau italien: rouge (tomates), blanc (mozzarella), vert (basilic). Cette pizza est restée jusqu'à nos jours l'une des plus populaires.

La pizza quattro stagioni (quatre saisons) fait le plein de saveurs: chaque quartier de la galette s'enrichit d'ingrédients savoureux, parmi lesquels se trouvent souvent des artichauts, des champignons et du jambon. Impossible de citer toutes les pizzas car de nouvelles créations viennent sans cesse s'ajouter aux classiques, pour des raisons pratiques (on prend ce qu'on a sous la main), par goût personnel ou par préférence régionale.

La pizza a un cousin et une cousine: le Calzone (pantalon) et la focaccia. Pour le calzone, la garniture tient lieu de farce: on rabat la pâte garnie et enfourne le tout comme un grand chausson.

Plus humble, la focaccia est garnie de peu d'ingrédients, souvent uniquement d'huile d'olive, de sel et d'herbes aromatiques. La frontière entre pizza et foccacia est assez floue: selon la région, le fond de pâte est mince ou épais, la garniture riche ou au contraire maigre. Mais toutes sont délicieuses et c'est le principal!

Recette: Calzone al tonno (au thon)

Texte: Alexandra M. Rückert

L’Italie à table

L’Italie à table

Le meilleur de l’Italie!

CHF 36.90
plus
Quantité
A votre service
SuggestionBar_Rezept_Label Recette