retour
MagazineJournal Betty BossiEdition actuelleNadia Damaso passe à la vitesse supérieure

Nadia Damaso passe à la vitesse supérieure

Elle est jeune, elle a du talent, elle a du succès. Avec son blog de cuisine «eatbetternotless», Nadia Damaso a conquis le cœur et les papilles des foodies du monde entier. Son premier livre s’est placé d’emblée en tête des best-sellers. Dans cette interview, Nadia nous parle de son lien émotionnel à Betty Bossi et nous dit pourquoi elle a du mal à rédiger des recettes par écrit.

Ambitieuse et friande de nouvelles expériences

Nadia Damaso a fait sa première expérience aux fourneaux avec des brownies.

Ambitieuse et friande de nouvelles expériences

Quel était ton plat préféré quand tu étais petite?
Nadia Damaso: enfant, j’étais déjà curieuse de tout et j’aimais expérimenter en cuisine. Ma maman était une excellente cuisinière. Elle accordait une grande importance à une alimentation saine. Elle a sans cesse expérimenté des trucs nouveaux. J’adorais ça. Surtout ses plats asiatiques. Mais ce que préférais par-dessus tout, c’était la quiche au fromage avec plein d’oignons.

Tu te souviens encore de ta première expérience culinaire?
Oh oui, bien sûr. Je me suis acheté chez Coop un mélange tout prêt pour faire des brownies. Malheureusement, ce n’était pas bon du tout. Alors je suis retournée acheter un autre paquet, sauf que là encore, ça n’a pas marché.

Alors tu as décidé que plus jamais tu ne metterai la main à la pâte?
Non, au contraire, je me suis dit: «Raison de plus de le faire». J’étais déjà très ambitieuse. J’ai donc cassé ma tirelire et je me suis acheté un nouveau mélange. Mais j’ai aussi acheté d'autres choses, comme différentes noix. Et effectivement, les brownies étaient super!

De 0 à 10000 en un mois

Avec ses recettes, Nadia, 20 ans, enthousiasme les followers du monde entier.

De 0 à 10000 en un mois

Quelques années se sont écoulées depuis. Tu continues d’aimer expérimenter et surtout, tu as du succès. Quand as-tu remarqué que tu voulais partager tes dons et ta passion de la cuisine avec d’autres personnes?
Après ma première expérience avec les brownies, j’ai cuisiné régulièrement. Mais c’est devenu une vraie passion à l'âge de 16 ans quand j’ai fait un séjour linguistique de six mois au Canada. Là-bas, j'ai participé à un concours de cuisine et j’ai tout de suite gagné. Ça m’a naturellement motivée. Je suis rentrée avec plein de nouvelles expériences, mais aussi avec 10 kg en plus. Hors de question pour moi de faire un régime. J’ai donc décidé de changer mon alimentation et de faire régulièrement des exercices. En fait, j’ai grandi dans une famille très sportive. Donc j’ai de nouveau intégré ça dans mon quotidien. Et ça a marché. J’ai perdu du poids lentement, mais de manière constante. Et sans bien réfléchir, j'ai photographié mes repas, je les ai postés et j’ai recueilli directement «30 Likes». Quand j’ai réalisé que ce que je faisais plaisait à d’autres, j’ai fait tout plus professionnellement. En un mois, il y avait 10000 abonnés sur Instagram. L’étape suivante fut la création de mon propre site internet.

Auteure d’un best-seller

Le livre de cuisine de Nadia Damaso «Eat better not less» est d'ores et déjà un best-seller.

Auteure d’un best-seller

Et après, tu as publié un livre...
Oui. Les fans étaient de plus en plus nombreux, en trois mois, il y en avait 30000. En avril 2015, j’ai écrit à quelques maisons d’édition pour leur parler de mon projet de livre. Comme ça, pour voir. Et deux jours plus tard, j’avais une réponse positive. Ensuite, tout est allé très vite. En quatre mois, j’ai créé 130 recettes, dont 100 sont illustrées dans le livre. Fin août, j'ai encore passé une semaine en Crête. Sur la plage, j’ai traduit mon livre en anglais. Je n’ai pas beaucoup dormi pendant ces quatre mois. Et puis j’ai commencé l'école d’art dramatique. Mais ça valait la peine car on en est depuis à la huitième édition.

Tu adores expérimenter, mais écris-tu maintenant des recettes pour d'autres personnes. Comment ça se passe pour toi?
C’est vraiment une chose que j’ai du mal à faire. Je ne cuisine pas au gramme près, pour moi, c’est d'abord le goût au final qui compte. Les recettes doivent être aussi une inspiration. Voilà ce que je voudrais transmettre avec mon livre. Mais naturellement, c’est important de réussir la recette.

Collaboration avec Betty Bossi

Pour Betty Bossi, Nadia Damaso crée des recettes passionnantes. Sur la photo, des cookies ultra-minces à la noix de coco avec des framboises, de la glace et de la banane.

Collaboration avec Betty Bossi

Pour la rubrique «C’est dans l'air», tu collabores avec Betty Bossi et crée des recettes thématiques pour trois numéros du journal.
J’étais naturellement très contente quand Betty Bossi m’a proposé cette collaboration.

Quel est ton lien à Betty Bossi?
Je connais Betty Bossi depuis que je suis toute petite. Je crois que ma maman a tous les livres de cuisine de Betty Bossi. Je me rappelle encore exactement combien j’étais contente lorsque le journal Betty Bossi arrivait dans la boîte aux lettres. C’était toujours un grand moment. Beaucoup d’émotions me lient à Betty Bossi.

«Eat better not less» - une conception de la vie

Manger raisonnablement sans interdits. Pour Nadia Damaso, une alimentation équilibrée va de pair avec suffisamment d’exercices physiques.

«Eat better not less» - une conception de la vie

Végétarien, végane, régime paléo ou sans glucides, on ne compte plus les tendances en matière d’alimentation. Ta philosophie personnelle est: «Eat better not less». Autrement dit: mange mieux et non moins. Comment vis-tu cette devise au quotidien?
«Eat better not less» est davantage un style de vie qu’un régime. Je ne pourrais pas poursuivre un régime. C’est tellement bien de manger! Mais je pense que si on bouge suffisamment tout en faisant attention à son alimentation, ça se ressent aussi au quotidien. C’est vrai que je ne mange pratiquement plus de farine blanche ou de sucre, mais ça ne me prive pas. J’aime bien trouver des alternatives, mais je ne suis pas nutritionniste. Je ne critiquerais jamais quelqu’un pour sa conception de l’alimentation. Chacun est libre de manger ce qu’il veut.

Et comment fais-tu avec les exceptions, par exemple quand tu as envie d’une belle escalope, d’un mille-feuille ou d’un verre de prosecco. Est-ce que ce genre de choses est tabou pour toi?
Je mange de la viande. Même si j’en mange moins qu’avant et plus consciemment. Mais je ne dis pas non pour un beau morceau de viande au bon moment. En Italie, je mange naturellement aussi des pâtes, des pizzas et je me permets des glaces. Mais chez moi, à la maison, ça ne me manque pas. Je préfère alors essayer une version de la pizza avec une tortilla de blé complet. J’aime explorer de nouveaux trucs.

Chaque jour aux fourneaux

Quand elle fait son jogging, Nadia Damaso s’aère l’esprit et elle a plein de nouvelles idées de recettes.

Chaque jour aux fourneaux

Tu cuisines tous les jours?
Oui. Je ne mange pas souvent à l’extérieur. Mais quand je suis en déplacement, j’en profite. J’aime beaucoup la cuisine libanaise.

Où trouves-tu de l'inspiration pour tes recettes?
Quand je fais du jogging. J’en fais tous les jours et ça me donne plein d’idées.

Découvrir la recette de Nadia Damaso:

  • Sur le site de Nadia Damoso: eatbetternotless.com
  • Dans le journal Betty Bossi actuel
  • Et dans le blog de Betty Bossi Grain de sel


Interview: Christine Buschor
14 juin 2016