retour
MagazineDossiersLa cacahuète - «noix» de terre

La cacahuète - «noix» de terre

Pour beaucoup de fans de foot, pas question de suivre un match à la télé sans grignoter des cacahuètes. Et quand Saint-Nicolas distribue des friandises aux enfants, il n’oublie jamais d’en ajouter aux mandarines. Peu leur importe, au fond, de savoir que les cacahuètes ne sont pas des noix, mais des légumineuses!

Un haricot qui se prend pour une noix!

Les cacahuètes dans leur coque ligneuse sont prises pour des noix.

Un haricot qui se prend pour une noix!

Egalement appelée «pistache ou noix de terre», la graine du fruit de l’arachide pousse effectivement dans le sol. Mais enfermée dans sa gousse ligneuse, elle est souvent considérée comme une noix qu’il faut décortiquer. Or la noix, elle, fait partie des fruits à coque.

Pour le botaniste, la cacahuète est une légumineuse au même titre que le haricot ou le petit pois. Nous ne la connaissons chez nous que sous sa forme grillée. Mais qui a déjà eu l’occasion de la goûter fraîche, sait que sa saveur est proche de celle du haricot ou du petit pois. Et contrairement à ces derniers, on peut la manger crue, sans aucun risque pour la santé.

De l’offrande funéraire à l’apéritif
Les cacahuètes demeurent les reines de l’apéritif.
De l’offrande funéraire à l’apéritif

La cacahuète existait bien avant l’invention de la télévision! Il y a plus de 3500 ans, l’arachide poussait déjà à l’état sauvage dans ce qui est aujourd’hui le Brésil et le sud de la Bolivie. Les Incas au Pérou appréciaient ces petits fruits hautement énergétiques et commencèrent très tôt à «domestiquer» la plante sauvage. Ils déposaient les graines en offrande dans la tombe des défunts pour leur vie après la mort. Vers 1200, les marins espagnols et portugais rapportèrent des cacahuètes en Europe. De là, les graines suivirent l’expansion des comptoirs commerciaux jusqu’en Afrique et en Asie.

Les cacahuètes étaient souvent la seule nourriture des esclaves noirs embarqués vers l’Amérique du Nord. Et lorsqu’on se mit à cultiver des peanuts (= noix-petits pois) aux Etat-Unis, elles furent d’abord considérées comme une nourriture du pauvre. La culture à grande échelle n’était guère rentable, car elle exigeait beaucoup de travail. Il faudra attendre la guerre de Sécession (1861-65) pour qu’on tienne la cacahuète en haute estime. On venait de réaliser son exceptionnelle valeur nutritive pour les troupes. Dès lors, les cacahuètes firent partie de la ration alimentaire donnée aux soldats.

Malgré leur place primordiale dans l’alimentation des pays producteurs, elles ne s’imposèrent vraiment chez les consommateurs aux USA, en Grande-Bretagne et en Europe qu’à partir de l’invention des machines nécessaires à une production rationnelle et bon marché. Aux Etats-Unis, les cacahuètes grillées connurent alors très vite un vif succès lors des manifestations sportives, dans les bars et plus tard, dans les foyers devant les téléviseurs. Et comme toujours, ce qui est à la mode dans le Nouveau Monde finit tôt ou tard par faire des adeptes sur le Vieux Continent et par devenir un marché porteur.

Grillées pour plus de saveur

Plus que des peanuts: bruns de Bâle aux cacahuètes.

Grillées pour plus de saveur

C’est seulement grillées que les cacahuètes développent leur goût si particulier. Celles que l’on a coutume d’acheter pendant la période de l’avent sont grillées délicatement dans leur gousse pendant 35 minutes à environ 120 degrés. En Suisse, les torréfacteurs travaillent toute l’année, mais la pleine saison des cacahuètes grillées se situe entre octobre et février, avec une nette pointe autour de la Saint-Nicolas, puis à Noël. Les cacahuètes salées sont décortiquées avant d’être grillées. On enlève aussi leur fine pellicule rougeâtre.

Il en existe 3 sortes: grillées dans l’huile et salées, grillées à sec au four et épicées (dry roasted) et grillées dans le sirop de miel et dans l’huile ou au four (honey roasted).

Recette: Bruns de Bâle aux cacahuètes

Elles aiment le frais, mais pas le froid

Une soupe aux cacahuètes, qui réchauffe, est un mets idéal pour les froides journées d’hiver.

Elles aiment le frais, mais pas le froid

Il est préférable de ne pas faire un grand stock de cacahuètes non décortiquées. Mieux vaut les acheter au fur et à mesure des besoins et des envies. On a ainsi la certitude qu’elles sont fraîchement grillées. Les cacahuètes non décortiquées doivent se garder de préférence dans leur emballage d’origine (en cellophane) ou dans une boîte bien fermée, dans un endroit sec et frais, à 15 degrés maximum. Donc pas au réfrigérateur. Elles se plaisent bien dans un coin à proximité du chauffage.

Recette: Soupe d’hiver aux cacahuètes

Texte: Rita Iseli
30 novembre 2015