Les enfants aussi ont le droit de se régaler

Les enfants aussi ont le droit de se régaler

En tant que parent, vous voulez que votre enfant ait une alimentation saine, car vous savez que manger équilibré est important pour bien grandir. Mais il est important de laisser votre enfant découvrir et apprécier l’univers du goût à son rythme. Usez avec parcimonie du mot «sain»: votre bout de chou va très vite l’associer à quelque chose qui n’a pas bon goût. Essayez de donner le bon exemple, c’est encore ce qui fonctionne le mieux.

Découvrir et apprécier les aliments

Les tout-petits sont naturellement curieux. Ils veulent connaître, expérimenter, attraper et, bien sûr, mettre à la bouche tout ce qui les entoure. Pourquoi devrait-il en être autrement avec les aliments? Nos bouts de chou veulent découvrir avec leurs cinq sens ces étranges choses vertes et orange qui se trouvent dans leur assiette. Et si elles ne sont pas à leur goût, ils les recrachent, naturellement. Laissez un moment de côté les aliments mal-aimés et proposez-les à nouveau un peu plus tard. L’expérience a montré qu’un enfant a besoin de goûter huit à quinze fois un aliment initialement refusé pour en apprécier le goût. Et même s’il y en a qui ne trouvent pas grâce à son palais, peu importe, ce n’est pas le choix qui manque!

Laissez votre enfant manger ce qui lui fait plaisir.
Laissez votre enfant manger ce qui lui fait plaisir.

L’attirance pour le sucré est naturelle

Les enfants aiment le sucre. Ce penchant est parfaitement naturel et a d’ailleurs protégé l’humanité durant des siècles, l’empêchant de s’empoisonner ou de s’abîmer l’estomac avec des aliments avariés. En outre, les bébés ont beaucoup plus de papilles gustatives pour le sucré que pour les autres saveurs.

Les aliments naturellement sucrés comme le lait maternel et animal, les fruits, certains légumes et les céréales sont suffisamment sucrés pour la langue de bébé: inutile de rajouter du sucre.

La première année, essayez de bannir le sucre de l’alimentation de votre bambin. Pour autant, ce n’est pas la fin du monde s’il a mangé un petit morceau de gâteau, à l’anniversaire de sa grande sœur ou de son grand frère, par exemple. Veillez simplement à ce que cela ne devienne pas une habitude.

Conseil: méfiez-vous des biscuits et desserts soi-disant pour bébé et lisez la composition sur les emballages. Ils contiennent souvent du sucre ou d’autres matières sucrantes comme le sirop de glucose, par exemple. Préférez une biscotte sans sucre, plus saine.

Ce riz au lait à la vanille a un goût délicieux, pourtant il ne contient pas de sucre.
Ce riz au lait à la vanille a un goût délicieux, pourtant il ne contient pas de sucre.

Les saveurs amères et acides sont généralement boudées

La plupart des bébés ont une aversion naturelle pour l’amertume. Et pour cause: dans la nature, les aliments amers sont généralement toxiques ou ne sont pas encore mûrs. Faites donc preuve de compréhension si votre bout de chou boude ses légumes verts. Armez-vous de patience, continuez à les cuisiner pour vous de temps à autre et proposez-les à nouveau à votre bambin, sans le forcer. Cela éveillera sa curiosité et, vous verrez, viendra un moment où il voudra y goûter de lui-même.

Les saveurs acides provoquent tout un festival de grimaces sur le visage de bébé. Il faut savoir que les aliments qui ne sont plus frais deviennent acides. Ainsi, la répugnance qu’éprouve souvent un tout-petit pour les aliments acides n’est autre qu’un instinct naturel de protection.

Conseil: faites en sorte d’acheter des fruits bien mûrs et privilégiez les variétés de pommes sucrées.

Les pommes Jonagold, Golden Delicious, Gala et Topaz sont douces et sucrées.
Les pommes Jonagold, Golden Delicious, Gala et Topaz sont douces et sucrées.

Les parents proposent, les enfants disposent

Tant que les enfants ne parlent pas, ce sont les parents qui décident du menu. Il incombe donc à ces derniers de faire découvrir aux petits une palette d’aliments et de plats aussi large que possible. Votre enfant sait parfaitement ce qu’il veut. Ainsi, même si vous pensez savoir ce qui est bon pour lui, laissez-le faire ses propres expériences. Vos conseils bien intentionnés pourraient très vite avoir l’effet inverse. Si vous expliquez à votre enfant que les légumes, qu’il déteste, sont «sains» et que les gâteaux sont «mauvais pour la santé», il va très vite, par association d’idées, considérer ce qui est bon au goût comme mauvais pour la santé et vice versa.

Faites en sorte de proposer à votre bambin des aliments équilibrés et laissez-le en manger autant qu’il le souhaite. Les psychologues s’accordent pour dire que des restrictions excessives ont tendance à favoriser la gourmandise et font obstacle à la régulation naturelle de la faim et de la satiété.

Qualifiez les légumes de «croquants», «colorés», «rigolos», «bourrés d’énergie» plutôt que de «sains».
Qualifiez les légumes de «croquants», «colorés», «rigolos», «bourrés d’énergie» plutôt que de «sains».

Donner le bon exemple et s’amuser

N’oubliez pas que l’enfant imite ses parents. Si vous avez à cœur de manger équilibré, alors commencez par lui proposer des aliments sains et variés.

Profitez du repas et encouragez votre enfant à en faire autant. Ne brusquez pas les choses et laissez-le faire ses découvertes à son rythme. Faites en sorte de créer une bonne ambiance à table et consacrez suffisamment de temps au repas: c’est indispensable pour que votre enfant prenne plaisir à manger.

Le saviez-vous? Rien que chez Betty Bossy, il y a tant de délicieuses recettes qu’une vie entière ne suffirait pas pour toutes les tester! Alors, qu’attendez-vous pour en faire découvrir une à votre enfant?

La bonne humeur à table augmente le plaisir de la découverte.
La bonne humeur à table augmente le plaisir de la découverte.