Les bonshommes en pâte sont là!

Les bonshommes en pâte sont là!

Même si on ne croit plus au Père Noël, avec sa houppelande et sa longue barbe blanche, il continue d’en imposer. Et heureusement, il distribue des noix, des mandarines et de savoureux Grittibenz. Ces petits bonshommes en pâte ne font pas seulement le bonheur des enfants, ils s’invitent aussi lors de joyeuses soirées entre adultes pendant cette belle période de l’avent.

Du bonhomme en pain au bonhomme sucré

Les premiers Grittibenz (autre nom des bonshommes en pâte) étaient faits en pâte à pain. Aujourd’hui, ils sont en pâte levée (sucrée). Leur aspect varie selon les régions: tantôt ils portent un chapeau ou un bonnet, tantôt une écharpe autour du cou. Ils tiennent dans la main une petite verge ou une pipe en terre cuite, surdimensionnée. Mais ce détail relève sans doute d’une erreur, car saint Nicolas, évêque de Myre (ville d’Asie mineure, Turquie actuelle) au 4e siècle, ne fumait sûrement pas, pour la bonne raison qu’à l’époque, on ne connaissait pas encore le tabac en Turquie. Voici comment on explique la présence de cette pipe: elle représenterait une crosse d’évêque tenue à l’envers. À force d’avoir perdu son sens, elle fut tout simplement remplacée, à un moment donné, par une pipe en terre.

La ronde des lutins fait doublement la joie des enfants.
La ronde des lutins fait doublement la joie des enfants.

Le bonhomme répond à plusieurs noms

Grättimaa (région de Bâle), Elggermaa (région de Zurich/Thurgovie), Chläus ou tout simplement bonhomme en pâte: le Grittibenz répond en Suisse à plusieurs noms qui ont autant de significations différentes. Grittibenz est composé de deux mots, «Gritten» et «Benz». «Benz» ou «Bänz» est le diminutif de Benoît, prénom tellement répandu autrefois qu’il finit par désigner un «homme» en général.
Dans le dialecte bâlois, «Gritti» ou «Grätti» signifie «vieux boiteux» avec une connotation péjorative. Mais dans la région de Berne, le mot désigne une «Gritte» ou «Grittele», c’est-à-dire une fourche ou encore une position écartée des jambes. Et effectivement, le bonhomme en pâte est toujours représenté jambes écartées.

Et que pensez-vous d’un «Grittibenz» au féminin?
Et que pensez-vous d’un «Grittibenz» au féminin?

Bonhomme en pâte - c’est vite fait et bien fait!

1. Pour faire un beau bonhomme de pâte
Façonner un long rouleau avec la pâte, couper env. 1/4 pour la tête et façonner une boule. Entailler les deux extrémités du rouleau, façonner les jambes et les bras. Coller la tête avec un peu d’œuf battu et décorer le bonhomme.

2. Tout frais sorti du four
La veille au soir, laisser reposer env. 1 h la pâte levée et la façonner. Mettre sur une planchette en bois couverte de papier cuisson, recouvrir de film alimentaire et laisser encore lever toute la nuit au réfrigérateur. Le lendemain matin, dorer à l’œuf, glisser dans le four froid et faire cuire.

 

La naissance d’un Grittibenz: la pâte est vite préparée.
La naissance d’un Grittibenz: la pâte est vite préparée.

Les bonshommes dansent une ronde

Les Grittibenz sont aujourd’hui encore une gourmandise appréciée par tous. Les simples bonshommes aux jambes écartées ont été rejoints par des personnages très décorés, et même par des bonnes dames en pâte! D’ailleurs, toutes les fantaisies sont permises dès lors qu’on les confectionne soi-même. Les enfants notamment adorent les façonner et les décorer.
Et si vous organisiez avec vos gamins une Ronde des lutins? Cinq Grittbenz se tiennent par la main et font une ronde joyeuse sur la plaque du four.

Recette (pdf): Ronde des lutins

Les enfants adorent façonner et décorer.
Les enfants adorent façonner et décorer.

Tradition de Saint-Nicolas en Suisse

Pour beaucoup d’entre nous, les Grittibenz sont indissociablement liés à Saint-Nicolas. Et le jour de la Saint-Nicolas est une fête pour les enfants. En prévision de ce grand jour, ils apprennent par cœur des petites poésies qu’ils réciteront au vieil homme à barbe blanche. La plupart des coutumes liées à ce jour se concentrent sur la veille de la Saint-Nicolas (6 décembre). Toutefois, dans le canton de Glaris, les festivités commencent déjà fin novembre, tandis que dans l’arrière-pays d’Appenzell, elles débutent seulement début janvier. Fini les temps où Saint-Nicolas était un homme redouté qui emportait les «méchants» enfants dans son sac. De nos jours, aidé de son valet, le père fouettard, il distribue des friandises à ceux qui s’appliquent à réciter, ou encore des noix et des poires dont il est justement question dans les poésies classiques. Sans oublier bien sûr, des bonshommes en pâte tout frais.

Texte: Alexandra M. Rückert
2 novembre 2017

Sac de saint-Nicolas: il est toujours et partout bienvenu.
Sac de saint-Nicolas: il est toujours et partout bienvenu.


<
>