retour
MagazineDossiersBiscuits de Noël: du bonheur à grignoter

Biscuits de Noël: du bonheur à grignoter

Les biscuits de Noël exhalent des parfums envoûtants et créent une ambiance chaleureuse et festive. Mais ce n’est pas tout! Ils mettent aussi de bonne humeur. Car les bruns de Bâle & Cie contiennent toutes sortes de substances bienfaisantes, qui remontent le moral et exaltent les sens pendant l’avent.

Une douce félicité

Les biscuits de Noël - amis de notre bien-être.

Une douce félicité

Quand dehors on grelotte et frissonne, il n’y a rien de plus beau que se blottir sur le canapé et laisser son esprit vagabonder. Et, avec la boîte de biscuits de Noël à portée de mains, c’est carrément la félicité! Après tout, grignoter ces petites douceurs nous fait du bien, car elles contiennent des ingrédients qui mettent du baume au cœur. A commencer par les épices, incontournables dans ces classiques friandises de Noël. Hautement appréciées depuis des temps ancestraux, où elles se négociaient à prix d’or, les épices flattent à la fois le palais et l’esprit. A en croire la pharmacopée, elles produiraient le même effet euphorisant qu’un ou deux petits verres de vin.

Mais les biscuits de Noël apportent encore d’autres bienfaits: que ce soit le chocolat ou le miel, presque tous leurs ingrédients chassent les idées noires. Le recours à la boîte à biscuits est, pour ainsi dire, une douce alternative à la fuite vers les Caraïbes - pour ne laisser aucune chance au cafard et nous illuminer le moral, même par la plus sombre des journées!

Enfourner ... et planer

Les Petits croissants à la vanille séduisent par leur doux parfum.

Enfourner ... et planer

Que serait l’avent sans les biscuits de Noël? Il serait bien triste et fade! Le pain d’épice et toutes les friandises parfumées d’épices raffinées s’inscrivent dans une tradition ancestrale. En plus de leurs attraits gustatifs, ils nous attirent par leurs substances bienfaisantes et stimulantes qui en font des aliments du mieux être par excellence. Il semble que nos ancêtres étaient de vrais alchimistes de l’âme!

Nos Carrés en pain d’épice sont un véritable hommage aux traditionnels petits «antidépresseurs» sortis du four. Contrairement à jadis, les mélanges d’épices actuels facilitent le «travail de laboratoire». Par contre, pour les Biscuits au poivre et le «Pain des Alpes», deux recettes de Betty Bossi, la noix de muscade, le clou de girofle, le poivre et la cannelle sont ajoutés séparément à la pâte. Ce qui permet naturellement de les doser au gré des préférences gustatives et des besoins physiques.

Certaines sortes de biscuits s’adressent à des besoins spéciaux. Ils contiennent à chaque fois une seule épice choisie pour ses effets, selon le cas, apaisants, stimulants ou réchauffants. Les Etoiles à la cannelle, par exemple, sont recommandées pour être plus relax. Les Petits croissants à la vanille séduisent par leur - léger - effet aphrodisiaque. Les Bruns de Bâle au gingembre et les Cœurs au wasabi apportent de l’énergie et une agréable sensation de chaleur au ventre (tous sont des recettes de Betty Bossi).

Les gourmands préfèrent les blondes

Même la farine, par exemple dans les Petits Croissants Milanais, pourrait chasser les idées noires.

Les gourmands préfèrent les blondes

Si l’on en croit les sondages, le Milanais vient en tête du hit-parade des biscuits de Noël, ce qui peut surprendre au premier abord, car il ne renferme ni épices envoûtantes ni chocolat. En y regardant de plus près, on constate que le blond biscuit possède une arme imparable pour chasser le spleen. Il s’agit tout simplement de la farine! Et les Milanais, par exemple de Betty Bossi, en contiennent principalement. Selon les pharmacologues, la farine de blé renfermerait des substances euphorisantes, les exorphines, dix fois plus efficaces que la même quantité d’opium. D’inspiration indienne, nos Milanais Yogi sont en plus aromatisés au Yogi-Tee, et les Petits Croissants Milanais, à la vanille et au kirsch, ce qui renforce encore leurs atouts de séducteurs numéro un. Quant aux Blancs de Bâle, avec leurs amandes, cannelle et Grand-Marnier, ils donnent un agréable coup de fouet.

Le sucre, et aussi le miel, sont d’autres garanties de bonne humeur. Les édulcorants favorisent la production d’insuline par le corps et la sécrétion par le cerveau de «l’hormone du bonheur», la sérotonine.

Le chocolat - aliment du bonheur

Le chocolat des Sablés au chocolat remonte le moral.

Le chocolat - aliment du bonheur

A Noël et pendant l’avent, le chocolat est partout. On le trouve accroché au sapin (jamais longtemps!), on le choisit en cadeau, et on en choie les fins becs avec diverses sortes de biscuits, par exemple des Bruns de Bâle, comme ceux que nous avons confectionnés. Mais les Pattes de velours, les Sablés au chocolat et Miroirs à la liqueur ravissent aussi les papilles et le moral. Ces derniers, aromatisés à la liqueur au caramel, sont toutefois réservés aux grandes personnes.

De même que les épices, le chocolat est considéré depuis des temps ancestraux comme un antidépresseur. Les témoignages les plus anciens proviennent du Mexique et remontent à 1500 avant J.-C. Le cacaoyer était considéré comme une plante divine, et le breuvage confectionné à partir de ses grains, comme enivrant. Chez nous aussi, et jusqu’au 19ème siècle, le chocolat était vendu par les apothicaires, comme un remontant aux effets aphrodisiaques.

Le mystère de ses qualités n’est certes pas encore totalement éclairci par la science. Cependant, des études ont établi que le chocolat contenait des substances telles que le phényléthylamine et les cannabinoïdes, souveraines contre la douleur et la mélancolie. Plus le chocolat est foncé, et plus ses vertus d’aliment du bonheur semblent être marquées.

Avec la bénédiction divine

Dans les cloîtres du Moyen-Âge, on connaissait déjà le pouvoir des épices.

Avec la bénédiction divine

Nous devons les biscuits de Noël - comme beaucoup d’aliments du corps et du cœur - aux moines et aux religieuses. La tradition voulait que les petits biscuits, le pain d’épice et les Christstollen soient confectionnés le 4ème dimanche de l’avent. L’idée d’affiner ces friandises avec de précieuses épices venues d’Orient a vu le jour dans les cloîtres du Moyen-Âge, surtout ceux des Bénédictins, de fins connaisseurs pour tout ce qui réjouissait le palais et l’esprit.

Des écrits de la bénédictine Hildegard von Bingen (1098-1179) témoignent du trésor d’expérience des gens de Dieu. Cette religieuse mystique, dotée de connaissances médicales, rapporte les effets positifs de la noix de muscade dans le pain d’épice et les biscuits au poivre: «lorsqu’une personne mange une noix de muscade, son cœur s’ouvre, son esprit se purifie, devient clair et joyeux».

Attention: jadis, les gens étaient habitués à des quantités autres qu’aujourd'hui. Quatre grammes de noix de muscade peuvent entraîner une intoxication, et une noix entière peut s’avérer mortelle pour un enfant. Lors de la confection des biscuits de Noël, il vaut donc mieux s’en tenir à la devise de Paracelse, selon laquelle: «Seule la dose fait le poison».

Petit guide des plaisirs épicés

La cannelle et d’autres épices ne sont pas seulement délicieuses, elles favorisent aussi la digestion.

Petit guide des plaisirs épicés

La médecine populaire et la phytothérapie attribuent à chaque épice des effets spécifiques sur le corps et l’esprit. En cas de problèmes digestifs après un excès de gourmandise, presque toutes les épices contenues dans les biscuits apportent un soulagement, en particulier l’anis, auquel on prête également des vertus aphrodisiaques. Autrefois, les brisures de crêtes de coq, trempées dans de la bière sucrée, étaient prescrites pour augmenter le désir. Selon les connaisseurs, la potion magique serait particulièrement efficace le 30 novembre. C’est pourquoi la Saint-André s’appelle en certains endroits «Anischtag», le jour de l’anis.
 

  • Anis: selon la médecine populaire, il réveille la libido et favorise la digestion.
  • Gingembre: il exerce une action tonifiante, réchauffante et calme aussi les irritations.
  • Cardamome: elle dynamise, favorise le désir et la digestion. Elle purifie l’haleine après la consommation d’alcool.
  • Pavot: il calme la douleur. En grande quantité, il peut provoquer des hallucinations.
  • Noix de muscade: elle a une action purifiante et stimulante. Nocive en grande quantité.
  • Clou de girofle: il possède une action calmante et soulage localement le mal de dent. Il donne une haleine fraîche.
  • Poivre: il augmente le désir. Il est considéré comme le Viagra de la médecine ayurvédique.
  • Safran: il donne bonne humeur et décontracte. En grande quantité, il peut troubler l’esprit.
  • Vanille: depuis des temps ancestraux, on lui prête des vertus aphrodisiaques et consolatrices.
  • Cannelle: une épice qui a prouvé son effet antistress. Elle procure une impression de bien-être et de chaleur.


Texte: Stephanie Riedi